LAWRENCE (avant) D'ARABIE
T. E. Lawrence

Ned, comme on l'appelait à la maison, quitta Oxford aux 17 ans pour entreprendre un voyage qui, s'il ne le transforma pas en Lawrence d'Arabie, lui ouvrit la voie pour le devenir.

Lawrence d'Arabie, la légende, ne pouvait être tué que par une balle en or, et pourtant T. E. Lawrence, l'homme, mourut d'un banal accident de la circulation en conduisant sa moto. Il percuta un cycliste, fit un vol plané et s'ouvrit le crâne contre le bitume. On dit que sa tête était ouverte sur vingt-trois centimètres et que, selon des témoins, des morceaux de son cerveau en dépassaient. Il mourut six jours après le choc. S'il avait survécu, c'est depuis un fauteuil roulant que ce héros de légende aurait assisté au reste de son histoire.

Vingt-cinq ans plus tôt cependant, un Lawrence plein de jeunesse et de curiosité pédalait avec ardeur dans toute la France, puis à travers la Syrie, libre, sans pressentir le poids d'une existence qui ferait de lui l'Anglais le plus célèbre et controversé du XXème siècle (après Churchill et Robert Falcon Scott, bien sûr). En 1906, âgé de dix-neuf ans à peine, et jusqu'en 1914, Ned, comme on l'appelait à la maison, quitta Oxford pour entreprendre un voyage qui, s'il ne le transforma pas en Lawrence d'Arabie, lui ouvrit la voie pour le devenir.

Oubliez un instant que ce garçon cultivé, raffiné, fut le grand héros de la révolution arabe (ou le grand traître à la cause d'un peuple qui s'était fié à lui, les deux qualificatifs lui sont également appliqués). Et voyez si vous êtes en mesure de profiter de ce voyage, sans le poids de la légende.

TEXT RABAT

T.E. Lawrence naquit dans une famille heureuse, mais dans le péché. Son père avait abandonné l'Irlande et une épouse cruelle, fanatiquement religieuse, pour la jolie, la délicieuse gouvernante qui allait être la mère de neuf enfants beaux et intelligents, dont le second serait Ned.
Après plusieurs déménagements la famille s'installa à Oxford où les enfants Lawrence commencèrent à se faire remarquer par leurs succès universitaires.
Par la suite, Thomas Edward s'intéresserait à la photographie, à l'architecture militaire médiévale et à l'archéologie, pour laquelle il manifesta un talent hors du commun. Il put ainsi obtenir une bourse pour participer aux fouilles de Karkémich (en Syrie), ce qui marqua le début de son immersion dans le monde arabe.
Le plus difficile à comprendre, c'est comment un homme qui a défini l'armée comme « une abomination malpropre, puante et dévastée » a pu finir par devenir le soldat le plus admiré du XXème siècle.

Collection Lire et Voyager Classique
ISBN: 978-8494388651
Traduction: María José Castaing
Broché / Cousu / Rabats
Pages : 256
(+ photos et cartes)
13,5 x 20 cm
20 € TTC

Lire les premières pages

COLLECTION LIRE ET VOYAGER
« Les témoignages de ceux qui y sont allés »

Lire et Voyager Actuel

Lire et Voyager Actuel se consacre à la littérature de non fiction et narre les témoignages réels de voyages exceptionnels. Nous nous éloignons des guides de voyages conventionnels et nous offrons au lecteur l'expérience du voyageur authentique.
Lire et Voyager Classique

Lire et Voyager Classique se consacre à la littérature de non fiction et narre les témoignages réels de voyages exceptionnels. Nous nous éloignons des guides de voyages conventionnels et nous offrons au lecteur l'expérience du voyageur authentique.

This web page was created with Mobirise